Cendre

Je suis autiste

mercredi 10 novembre 2021 à 10h16

Entre Aladin qui lui dit que je paume complètement son système de détection de mensonge (à soi), qui m’explique la réponse ordinaire à "qui es-tu" (jamais quelqu’un lui a dit "je sais pas" en se balançant)
Et les vidéos d’hier.

Il est spé, spychocouak, on se demande s’il se fou pas un peu de nous.
Mais non.
Il est vraiment en train de vulgariser ce que l’on sait des quelques pathologies neuro.
C’est Dandy qui a mis la chaine, avec l’histoire des troubles de l’attachement.
Et puis, ça a continué sur les TDA-H
La vidéo ayant été coupée alors, je l’ai finie hier soir.
Et j’ai enchainée avec celle sur l’autisme.

Et alors, y’a pas photo.
Entre le petit TDH qui a des problèmes de mémoire de travail (connais pas vraiment), et le petit autisme qui aime ses parents mais a tout compris de travers et kiffe de toucher la vitre (cf la vitre de mon téléphone… et la remarque de Thomas derrière moi "ça y est, Cendre a craqué")... y’a pas photo.
Je suis autiste.
C’est à dire qu’au lieu d’apprendre des autres, j’ai appris de mon environnement.
Au retour des vacances, au lieu de ressasser les moments chouettes passés avec des amis (quels amis ?), j’apprends par cœur les 800 km de chez moi à la plage (véridique ! ! j’ai voulu apprendre par cœur la suite des villages de Narbonne à Maisons = c’était important si je voulais pouvoir y revenir en autonomie)
Je suis pas douée en prosodie (j’ai du arrêter la vidéo pour comprendre la différence de sens entre les deux phrases), pas douée en second degré (je me suis améliorée, mais je pars d’assez bas), je regarde mes pied ou en l’air (mais j’ai pas le regard à hauteur des gens) car analyser une personne me coute 100 fois plus d’énergie qu’analyser l’environnement (ça vient d’une autre vidéo, ça)
Ah, et puis le coup du livre.... ça expliquerait mon besoin d’avoir le bon mot pour la bonne chose et mon allergie aux généralités (et au flou) qui sont trop difficiles à comprendre pour moi car pas assez concret.
Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. (Albert Camus)

Hyper-perceptif.
(c’est plus neutre que hypersensible : j’aime beaucoup)
Je ramasse un petit bijou au sol et même Erwan s’en étonne.
Je suis capable de donner la couleur et la texture du tapis de l’escalier qui mène à mon spy que je suis pas allée voir depuis 5 ans.
Je m’inquiète des rideaux qu’il faudra mettre à la fenêtre pour gérer le soleil sur mon poste de travail.

Je ne suis pas (plus) handicapée, mais je suis autiste.

-