Cendre https://caillecendre.journalintime.com/ Polyamoureuse, définitivement. fr 2019-08-13T19:18:00+02:00 https://caillecendre.journalintime.com/Narcose Narcose On verra bien ce que donneront les ateliers. Mais à la relecture, 9w1 me va bien. Et je suis particulièrement sensible à la notion de narcotisation. La narcotisation consiste à utiliser de la nourriture, de la boisson, des distractions ou plus simplement des manières répétitives de pensée et de faire pour s'oublier soi-même. Narcotisation, souvent identifiée comme un engourdissement. Suivant les individus, ceci se manifeste par une suralimentation, une overdose de télévision, un abus de jeux informatiques, un travail acharné ou toute activité inessentielle qui puise de On verra bien ce que donneront les ateliers.
Mais à la relecture, 9w1 me va bien.
Et je suis particulièrement sensible à la notion de narcotisation.

La narcotisation consiste à utiliser de la nourriture, de la boisson, des distractions ou plus simplement des manières répétitives de pensée et de faire pour s’oublier soi-même.

Narcotisation, souvent identifiée comme un engourdissement. Suivant les individus, ceci se manifeste par une suralimentation, une overdose de télévision, un abus de jeux informatiques, un travail acharné ou toute activité inessentielle qui puise de l’énergie. Ce comportement encourage la passion de paresse en évitant au 9 d’être présent et éveillé. Les 9 évitent l’état d’éveil parce que la prise de conscience de leur propre volonté pourrait les conduire en conflit et à une possible perte de contact avec les autres.

http://www.enneagramme.com/Articles/2001/EM_0109_a2.htm

J’ai pas compris au début. En première approche, j’y ai lié mon rapport compliqué au tabac (je suis tellement contente de passer en dessous de 1 clope par jour, mais dès que j’en ai, je suis au dessus)
Et puis je comprenais pas s’oublier soi-même. Vu que je connais mes besoins, tout de même, et j’y veille !
Sauf que cette connaissance est récente !
Et que des compulsion narcotiques, j’en ai tellement !
La première, c’est le sommeil. Direct. M’endormir en rentrant chez moi parce que prendre des décisions est trop compliqué et qu’au réveil, il sera trop tard pour passer des coup de fils : c’est régulier. Je le fais depuis l’enfance. Même chose pour des grasses matinées dont j’ai du mal à m’extirper.
La deuxième, c’est le jeu vidéo. Plus il est débile, mieux c’est. ça a commencé avec les réussites aux cartes, puis les shareware, maintenant minecraft ou startopia. Starcraft, qui me demande de l’apprentissage, où Lapin me challenge, ne convient absolument pas (j’en sors toute adrénalisée, c’est à dire l’inverse de narcotisée ! )
D’ailleurs, en activité qui font l’inverse de l’adrénaline, il y a les cordes. Le shoot d’endorphine. Et celui d’ocytocine aussi d’ailleurs. Ou ma façon de faire du yoga, de la méditation, et même du sport (apnée).
Après FB, surf sur internet ou n’importe quel tamagotchi occupent la même place. Déconnecter de l’action, de ce qui doit être fait. Être dans la lune (ou dans ses imaginaires) aussi, soit-dit en passant. Moins c’est utile, mieux c’est.
Toutes ces activité me coupent, pas nécessairement de mon corps, mais surtout de mon quotidien, des préoccupations sordides de tous les jours.

Donc, j’apprécie grandement de m’oublier. Déconnecter. ça permet de ne pas prendre de décision et de ne pas angoisser de l’absence de décision ou sur les conflits que généreront une décision ou une autre (voire leur absence)

Alors, en quoi cela se relie à la sclérose, au Néant ou la Bistouille ?

Narcotisation et sclérose, ça se relie très bien quand on lit la littérature à propos du type 9 : il narcotise pour ne pas avoir à changer, pour ne pas avoir à décider, pour ne pas faire, tout simplement. C’est l’aboutissement d’une paresse grand format, qui génère une procrastination sévère, et une résistance au changement bien ancrée. En découle un immobilisme navrant : sclérose.

Le néant, ça marche terriblement bien aussi. C’est la concrétisation de l’oubli premier. Celui où on oublie même qu’on a oublié.
C’est ma réponse aux injonctions (fait ce que les autres attendent de toi) contradictoires et insurmontables : j’efface la todo-list. Je l’applique consciemment depuis mes années de thèse (~2007), c’est même quelque chose que je conseille autour de moi. Le but était de se débarrasser de l’angoisse du j’aurais du depuis longtemps.
Pour sortir de ça, il me faut des objectifs pas trop ambitieux. Sinon, je le sais, je ne vais pas m’y mettre, reporter une paire de fois, et, au final, mettre le projet aux oubliettes avec un argumentaire sans faille : si je ne l’ai pas fait, c’est que je ne pouvais pas le faire. Direction le Néant.

La Bistouille, c’est plus subtile, mais ça fonctionne. Parce que s’oublier soi, c’est également oublier l’entretien quotidien, de son environnement comme de soi : c’est ne plus se doucher, ne plus faire de courses, ne plus faire de ménage, et laisser les choses là où elles sont tombées. Et faire avec juste parce qu’on a la flemme. Et la Bistouille envahit.

Du coup, les trois se retrouvent connectés par ce terme : narcotisation.

-

recherche de l’éveil. Recherche de la connexion au présent ? C’est dans mes objectifs depuis quelques années.
Ne plus me laisser aller, ne plus me laisser porter par la vie, mais agir dessus.
Ce qui est très étrange, c’est d’avoir trouvé la méditation comme point d’entrée de l’éveil : c’est à dire une pratique narcotique… (à creuser...)

autre élément dissonant : mes narcotisations dépensent rarement de l’énergie (sauf sport). Au contraire, même, je considère qu’elles m’en apportent (à commencer par dormir), et je les considère essentielle à mon rythme de vie. Qui se traduit par un "je suis lente"

Rapport à la nourriture : du fasting (jeune intermittent) à la boulimie : déclaration que je ne sais pas si j’ai faim. Capacité à nier les besoins du corps et autocontrôle (demander à son corps de chauffer)

]]>
2019-08-13T19:18:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Enneagramme Ennéagramme Donc, suites à mon partage d'hier midi, on a creusé l'ennéagramme avec Lapin hier. C'est compliqué. J'y comprends rien. M'enfin, si on regarde mon premier post de la MBTI sur ce même journal (en 2013 !) j'avais pas tout compris non plus en une seule passe. Donc, à l'époque, je ne comprenais pas pourquoi les tests me disaient INTP ou INFP (et surtout, je ne comprenais pas que INFP était un leurre : j'ai appris F, cela n'a jamais été ma base, qui est résoluement T. Bref...) Là de même, on a trouvé plein de type avec Lapin. Trop. (mais on partage globalement les mêmes : le Donc, suites à mon partage d’hier midi, on a creusé l’ennéagramme avec Lapin hier.

C’est compliqué.
J’y comprends rien.

M’enfin, si on regarde mon premier post de la MBTI sur ce même journal (en 2013 !) j’avais pas tout compris non plus en une seule passe.
Donc, à l’époque, je ne comprenais pas pourquoi les tests me disaient INTP ou INFP (et surtout, je ne comprenais pas que INFP était un leurre : j’ai appris F, cela n’a jamais été ma base, qui est résoluement T. Bref...)

Là de même, on a trouvé plein de type avec Lapin. Trop. (mais on partage globalement les mêmes : le sentiment d’être clones n’est pas exactement infondé)

Alors.

9w1 : https://enneagram.bz/fr/9
L’allergie aux conflits, la peur de la paresse, la procrastination, la recherche de la sérénité. ouaips, c’est chouette.

Empathiques, très doués pour reconnaître les différents points de vue, et prêtant plus d’attention aux similitudes qu’aux différences, ils ont souvent les capacités de faire de très bons médiateurs.

Mon empathie ayant démarré avec de sacrés lacunes (j’étais un modèle très étrange, j’ai du apprendre des autres sans partir de moi), ça expliquerais que je ne me considère pas du tout médiatrice, mais que je pourrais l’envisager, maintenant ?

5w4 https://enneagram.bz/fr/5
La recherche de la connaissance, Daria, Liberté, résolution de problèmes, observation du monde et collecte d’information, autonomie.
Lapin se reconnait dans la peur du vide, moi, pas trop (mais que penser de mon rapprochement hier entre la bistouille et le néant ?). La position d’observateur est quelque chose qu’il m’a décrit de lui, très vite.
Mais on ne se reconnait pas, ni l’un ni l’autre, dans l’avarisme. Mauvaise explication ?
Ou alors, c’est nos capacité de ninja (disparaître sans que l’autre sache où on est parti, réapparaître de même), dans l’économie de mots ?
Devenir engagé quand on va bien. ouais, ça raisonne. Excentrique quand on va mal, aussi. (cynique et arrogant, c’est pas comme ça que je dirais, mais peut être qu’on a pu me percevoir comme ça, oui.)

OSH pensait au 6 pour moi.
Mais c’est pas possible : j’y ai reconnu Babette. Sa recherche de la sécurité, sa décente dans la parano, son conflit entre confiance et méfiance, sa défense par projection : j’étais à l’origine de tous ses maux. Je la reconnais aussi à sa recherche du consensus avec un groupe. ça lui donne un type d’intégration à 9 = je m’entendais très bien avec elle quand elle allait bien !

Ce sont des êtres sceptiques, méfiants et imaginatifs qui n’aiment pas être pris au dépourvu.

Si la situation ne s’arrange pas, ils tendent vers leur type de désintégration (le type 3) et les traits négatifs de ce dernier s’ajoutent à leur comportement. Ils peuvent ainsi devenir plus rigides, imprudents, égoïstes, manipulateurs et accusateurs.

Un autre qui marcherait, par contre, c’est 1. (Lapin a sorti 9w1 autant que 1w9 de ses différents tests)
https://www.eclecticenergies.com/francais/enneagramme/type1
Recherche de l’amélioration constante, soucis des détails, répression de la colère.

Les Uns sont souvent intelligents et indépendants et peuvent facilement croire être des Cinqs, mais contrairement aux Cinqs, ce sont essentiellement des gens d’action, pas des penseur

ça lui colle pas mal non ? quand je décrivait les trois centres (instinctif, émotif, mental), il s’est spontanément placé dans le premier.

Enfin, la recherche inlassable de la perfection peut devenir destructrice et les mener à la dépression. Dans ces moments, un Un peut se prendre pour un Quatre. Mais les Quatres ont une tendance à l’auto-complaisance alors que les Uns sacrifient leurs propres désirs. Les Quatres sont émotionnellement expressifs, tandis que les Uns sont émotionnellement entravés.

Si la situation ne s’arrange pas, ils tendent vers leur type de désintégration (le type 4), et les traits négatifs de ce dernier s’ajoutent à leur comportement. Ainsi ils se replient sur eux-mêmes, se sentant incompris par leur entourage, et considèrent que leur effort ne sont pas estimés. Ils tombent alors dans une humeur mélancolique en estimant qu’ils ont fait des efforts pour rien.

les 4 sont les artistes, qui cherchent le beau, le magique...
par contre, je bugue sur d’autres descriptions comme Ils sont en confort lorsque tout fonctionne de manière organisée et conformément aux règles, où la, ça s’appliquerait bien plus à moi qu’à lui.

Il faut pas que j’oublie que mon "soucis du détail" vient de mon caractère d’aspergirl et que ça ne me rend pas S (au sens MBTI) pour autant.

Reste le 7 (le type de OSH), funster, la recherche des plasirs, avec planification d’un avenir positif, la création de plans amusants et agréables, et le maintien de plusieurs possibilités
intégation en 5 : Ainsi ils deviennent plus analytiques, autonomes, concentrés, observateurs et attentifs aux détails.
désintégration en 1 : Ils peuvent ainsi devenir plus autoritaires, rigides, critiques, difficiles et exigeants.

Et quand j’aurais le temps, je pourrais m’intéresser aux types qui ne sont jamais sortis tellement ils (nous) exaspèrent : les 2 qui sont gentils à en être pénible voire envahissant, et surtout les 3 qui capteront jamais ce que je recherche dans l’authenticité…

]]>
2019-08-02T15:08:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Introspection Introspection J'ai deux prestataires à 5 mètres de moi. Je devrais les encadrer, vérifier qu'ils font leur job, ne sont pas ralentis par des éléments que je pourrais résoudre. Mais prendre quand même le temps d'écrire. D'abord, car même en tant que PO/scrum master, mon rôle n'est pas d'être sur leur dos, mais à leur disposition. Ils ne font pas appel à moi ? alors j'en reste aux rituel. On a fait un point ce matin sur les tâches, que cela suffise. – Ok (me dit ma conscience pro), mais t'as d'autres trucs sur le feu, comme finir la migration windows (finir de réimporter mes projets git et J’ai deux prestataires à 5 mètres de moi.
Je devrais les encadrer, vérifier qu’ils font leur job, ne sont pas ralentis par des éléments que je pourrais résoudre.
Mais prendre quand même le temps d’écrire.

D’abord, car même en tant que PO/scrum master, mon rôle n’est pas d’être sur leur dos, mais à leur disposition. Ils ne font pas appel à moi ? alors j’en reste aux rituel. On a fait un point ce matin sur les tâches, que cela suffise.
– Ok (me dit ma conscience pro), mais t’as d’autres trucs sur le feu, comme finir la migration windows (finir de réimporter mes projets git et eclipse, avant que l’on supprime l’accès à mon ancien poste)
– Ecrire est important, et je ne l’ai pas fait depuis longtemps.
– Il est presque 15h (et depuis le retour de déjeuné, t’as juste envoyé un pauv’mail). Je t’accorde jusqu’à 16h. Date de publication à l’appui.
– travail sous contrainte horaire. Ok. C’est parti.

=== OSH
J’ai donc déjeuné avec OSH, pour débrouiller deux trois trucs dans ma vie.

- Ce type m’intéresse. Son rapport décomplexé à Lucie (dosage micro), ses résultats factuels (sur son score à un jeux d’échec en temps limité à 60 secondes), son positionnement et métaphores (ligne de défense naine).
Se retrouver avec 10 secondes de silences car une répétition me rappelle qu’il a acté le caractère très intime de ce rendez-vous (partage de pizza)
son soucis du détail, de la transparence, son désir d’être synthétique (à en aller parfois trop vite), ses teasers…

- Il se permet des expérimentations sur lui même intense. Se lance dans une relation poly intense. S’autorise à changer, à se voir sous un nouveau jour. Les modèles lui apportent des angles de vue nouveau, lui permettent de voir ce qu’il ne voyait pas avant.

- Enéagramme :
-- étudier le type 6. (5 pour le lapin)
-- réfléchir à nous offrir une formation en groupe, pour être confronté aux autres types. ( remarque sur le push and pull du Lapin. Réponse de OSH "A quoi cela lui servirait d’utiliser le modèle maintenant qu’il l’a compris : c’est un comportement typique [de 5] " )

- C’est son job d’accompagner le changement en entreprise. Et il aime ça. Donc l’avoir sous la main en seconde vue pour l’audit de mon service. Vision à 3/6 mois.

- Il pose des questions personnelles : qu’est ce que je veux ?
en plus de demander de définir les termes pour bien comprendre ce que moi (et pas lui) met derrière les termes, pour avancer vers des solutions qui me satisferont moi (et pas lui)

=== C’est quoi l’important ?

Si tout est prioritaire, alors rien n’est prioritaire : on se donne rendez-vous dans deux ans.

trois intérêts possibles :
- intérêt personnel (d’apprentissage, creuser la nature humaine, constuire mon futur poste ou mes futures resonsabilités)
- Organisationnel (système global qui prend mieux en compte nos usagers et mes collègues développeurs, leurs aspirations)
- projet ou équipe (améliorer le logiciel. Améliorer l’équipe)

=== Définir mieux

Travailler mieux
- Du bon usage des ressources disponibles (en temps, en énergies, en compétences, en intelligence, en savoir transmis)
Définir Bon
- système global de l’équipe de dev aux utilisateurs. Limiter les frustrations, stress évitables, les fausses promesses (ça va bien se passer, ça va changer)
[ quid des manager ? (la frustration des managers ?? ? leur stress ?? ? => ils font partie de problème, pas de la solution ?? ? même quand ils sont facilitateur : exemple de mon chef qui joue très bien son rôle de tampon en cas de pressurisation externe]
intérêt des méthodes agiles : prise en compte rapide des feedback des usagers (en même temps, on a toujours eu un TTM très bon, vu qu’on teste en prod). Mieux entendre (et prioriser) les detresses des utilisateurs (les identifier, les classer : travail sur les personna à faire). Autonomie de l’équipe (responsabilisation)

- apprendre (moi) à identifier les petites améliorations qui existent au continu. Et me baser sur elles pour ne pas se faire envahir de sclérose (qui envahi, comme la Bistouille ? comme le Néant ? )

=== Qu’est ce que je veux ?

- le bonheur du lapin. Oui, c’est flippant comme réponse. Mais c’est la plus stable
le lapin n’entre pas en concurence avec mes problématiques pro. Tant mieux. Donc on a pas à le prendre en compte dans cette réflexion.
Ensuite.

- comprendre les humains,
Qu’est ce qui les dérange, les blesse. Comment améliorer une situation en prenant en compte ceux qui "voient pas le problème", ceux qui "trouvent ça très bien comme ça". Est-ce un discours de dénégation ? ou bien de défense ? ou juste leur vérité ?
Et pour les usager, trouver la bonne limite entre leur donner des responsabilité (et des choses à apprendre) ou bien leur macher le travail (et qu’ils ne comprennent rien). Comment identifier les detresses majeurs auxquelles il faut répondre au plus vite.

- comprendre comment mettre en place des organisations qui marchent mieux
Définir mieux : plus horizontales, moins dépendantes des personnalités.

- avoir du temps pour moi, du temps de pose, où je ne fais rien (comme écrire tiens ^_^)

- être fière de moi.
Définir fier
-- parce que je suis généreuse (tiens, je l’avais oublié celui-là. Merci Laura)
-- parce que j’ai fait ce que je devais faire (hum ? la liste est souvent trop longue, même si tu noies tes barques alors qu’elles sont quatre fois moins chargées que celles du Lapin)
-- parce que j’ai fait de mon mieux (c’est différent de faire plaisir au Juge Intérieur) https://intuition.biosynergie.org/ressources_intention/documents/LeQuatriemeAccordTolteque.pdf
-- parce que j’ai tenu mes engagements.
Faire ce que je dis et dire ce que je fais. être fiable. connaître mes limites pour m’engager en conscience. Ne pas trop s’en demander. Ne pas faire moins non plus. (faire de son mieux, ni plus, ni moins)

Remarque sur la contradiction entre les deux derniers : quand je prend un temps de pose, de vide, de rien, je sens le Néant ou la Bistouille envahir, et je m’en veux de ne pas avoir fait de mon mieux........

=== Notes psycho.

- ce qui nous fait sortir de nos gonds
-- quand on constate chez l’autre une ombre
--- ombre noire (défaut que l’on a chez soi mais que l’on nie. On le fait, mais on ne s’en rend pas contre).
--- ombre blanche : l’autre fait ce que l’on s’interdit formellement de faire. On aimerai pouvoir le faire, mais ça ne se fait pas !
-- on sort de ses gonds quand un besoin primaire n’est pas rempli. CNV = rechercher à répondre au besoin initial.
Selon Marshall Rosenberg, le père de la communication non-violente : « La violence, quelle que soit sa forme, est une expression tragique de nos besoins insatisfaits »

=== Excuses

Je publie en retard (il est 16h01, et j’ai pas relu encore, ni même tout consigné). Mais entre temps j’ai répondu à un autre mail du boulot, et quelques messages à OSH aussi.
– OK. Rallonge à 16:15 accordée. Pas plus.

]]>
2019-08-01T16:14:46+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Fierte Fierté Oui, c'est tellement plus facile quand on sent que l'on a fait quelque chose de bien. Hier aprem, mon chef me dit qu'une iranienne va passer au boulot, qu'elle fait une demande d'asile et cherche des gens pour l'aider. Moi j'ai pas d'idée, mais je sais que mon réseau en aura : j'en appelle l'oracle de face de bouk. Cette plateforme a énormément de défaut, mais coté réactivité, c'est extraordinaire. Quand la jeune femme est passé tout à l'heure, j'ai pu lui donner une page avec les contacts (adresses et horaires de permanence) du CROUS (elle est en France avec un visa étudiant ! Oui, c’est tellement plus facile quand on sent que l’on a fait quelque chose de bien.

Hier aprem, mon chef me dit qu’une iranienne va passer au boulot, qu’elle fait une demande d’asile et cherche des gens pour l’aider.
Moi j’ai pas d’idée, mais je sais que mon réseau en aura : j’en appelle l’oracle de face de bouk.
Cette plateforme a énormément de défaut, mais coté réactivité, c’est extraordinaire.

Quand la jeune femme est passé tout à l’heure, j’ai pu lui donner une page avec les contacts (adresses et horaires de permanence) du CROUS (elle est en France avec un visa étudiant ! c’était l’évidence mais j’y avais pas pensé, mon chef non plus !), de l’unef (des militants, ça fait rarement de mal), et deux associations (KALI et BAAM).

Et quand je découvre qu’elle ne parle pas français (et ne comprend pas mon mauvais anglais), lui montrer le site de baamasso dans sa langue, et lui imprimer.

Fierté.

Je n’ai fait que relayer.

Mais au bon moment, des informations pertinentes, sur un support pérenne.

Je suis vraiment contente de moi !

]]>
2019-01-22T12:59:18+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Que-vaut-une-minute-d-un-directeur Que vaut une minute d'un directeur ? Mon directeur est rentré de vacances. Je suis toujours un peu guindée en sa présence. Y'a une aura. Comme si on lui devait déférence. C'est le directeur quand même ! Sauf que non. Je vais lui refuser cette déférence. Au CA, j'ai la même place que lui. Face à nos tutelles. Mais mon refus tombe à l'eau à chaque fois qu'on se croise. Parce que cette déférence, j'en ai peur, n'est pas celle qu'il demande, seulement celle que d'autres collègues lui apporte. Du coup, mon attitude ne semble pas lui manquer de respect. J'ai au moins deux collègues qui pensent que je manque de Mon directeur est rentré de vacances.

Je suis toujours un peu guindée en sa présence. Y’a une aura. Comme si on lui devait déférence. C’est le directeur quand même !
Sauf que non. Je vais lui refuser cette déférence. Au CA, j’ai la même place que lui. Face à nos tutelles.

Mais mon refus tombe à l’eau à chaque fois qu’on se croise.
Parce que cette déférence, j’en ai peur, n’est pas celle qu’il demande, seulement celle que d’autres collègues lui apporte.
Du coup, mon attitude ne semble pas lui manquer de respect.
J’ai au moins deux collègues qui pensent que je manque de respect à mes chefs en général ; mais mes chefs, de mon responsable à mon directeur, aucun ne relaient cette information de manque de respect potentiel, ni verbal, ni non-verbal.
J’ai toujours un doute. Plus on monte, plus on acquière des capacités politiques, dont, et ce n’est pas une des moindres, celle de ne rien laisser paraître.
Comment savoir ?
Bref.
Je ne souhaite pas montrer de déférence pour mon directeur.

Pas de familiarité non plus, d’ailleurs. Je vais pas lui demander comment étaient ces congés. On est adversaire parfois alliés, pas potes. Chacun sa place, non ?

Donc, on s’est juste serré la main, et il sort de mon bureau pour manipuler l’imprimante.

Et là, j’ai vu.
Le comportement que je n’ai pas.
C’est un autre collègue qui lui a donné :
Il lui a demandé comment se sont passé les vacances.
Et il a voulu l’aider sur l’imprimante.

Mon directeur esquive la première question (très phatique, somme toute), essaye d’expliquer qu’il va s’en sortir tout seul pour l’imprimante, qu’il doit juste retrouver comment ça marche.
Mais mon collègue est à son service, va lui faire à sa place.
Sentiment que la minute d’un directeur vaudrait plus que sa minute à lui.

Et vérifier du coin de l’œil (et de l’oreille), l’attitude de mon directeur. Non. Il ne considère pas pour acquis qu’on lui doit déférence. Au contraire, même. Mais il fait avec, il va pas s’opposer non plus à la gentillesse du coup de main (même non demandé).

Mon directeur est mon adversaire politique, et comme un aiguillon, je ne serais jamais contente, je trouverais toujours des éléments à lui reprocher. Pour faire encore mieux.
Mais je dois reconnaître que le faible attrait qu’il a pour la division du travail me plait. Beaucoup.
Quand il explique qu’il a cherché à valoriser le travail de chacun dans le rapport d’activité, c’est pas juste de la com'. C’est réel.
Mon directeur d’agence ne serait rien sans les agents qui la font tourner. Il le sait. ça en fait quelqu’un de bien à mes yeux.

.

Toutes les minutes se valent.

]]>
2018-08-23T10:22:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Differents-formes-de-burns Différents formes de burns Tellement de temps que j'ai pas écrit, je sais même plus mettre un titre, savoir de quoi je vais causer. Y'a l'état post burn, qui m'englue. Les choses extraordinaires (j'avais déjà vu le strike en action, ça reste, mais en plus j'ai vu inclusion, gifting, self expression) Les choses qui m'ont déplacée hors du groupe (de pas avoir pris de shift, les moments où j'ai trouver comment aider un peu trop rares) Mony qui m'explique que c'est neurologique, le coup de bof qui prend le samedi, après l'exubérence du vendredi soir. Mon premier vendredi sous ac, qui va jusqu'au petit matin à Tellement de temps que j’ai pas écrit, je sais même plus mettre un titre, savoir de quoi je vais causer.

Y’a l’état post burn, qui m’englue.
Les choses extraordinaires (j’avais déjà vu le strike en action, ça reste, mais en plus j’ai vu inclusion, gifting, self expression)
Les choses qui m’ont déplacée hors du groupe (de pas avoir pris de shift, les moments où j’ai trouver comment aider un peu trop rares)
Mony qui m’explique que c’est neurologique, le coup de bof qui prend le samedi, après l’exubérence du vendredi soir.
Mon premier vendredi sous ac, qui va jusqu’au petit matin à 6h où je suis allée écouter la campagne se réveiller.
La suspension qui décale les horaires (mais où tout s’aplanie devant moi)
Un milieu safe et émerveillant pour circuler quand on est perché.
C’est merveilleux pour les sobres, indispensablement (futile) pour les tox.
Une parenthèse où juste être. Dormir quand on a sommeil, manger quand on a faim, et danser à toute heure.

Non, j’ai pas encore assimilé tout ce qui s’est passé en trois jours

Si ce n’est mes niveaux de conduite du camion, la gentillesse et générosité éminente de Yo, ma sœur qui plait à Dante

Et notre capacité à reconnaître quand on se froisse, et la volonté de ne pas recommencer, de prendre soin de soi, de l’autre
Oui, on risque d’être collé encore, comme je le suis depuis 6 mois.

Mais ce matin, l’urgence à écrire, c’était pas tant le burn (mais un truc aussi positif ne pouvais pas ne pas passer en premier).
Ce sont mes larmes hier soir dans le métro alors que je ramène le paravent de mon père au Terrier : il sera resté un an et demi à la PdC.
Mais hier matin, on a démonté.
Démonté le plafond de bambou, le décors de cordes de la cage.
J’ai 35h de boulot manquant pour eux, je sais même pas comment (une erreur de calcul)

On a un gérant aux accusations trop lourdes.
y’a trois mois, tu disais "si le staff se barre, je prends les rames" et là, tu me dis "j’ai pas choisi de fermer mais à partir du moment où tout le monde se retire"
Brûle, criquet.
Ton chant me manquera. Il était comme immuable. Mais de tes cendres et celles de ta place viendront enrichir les terreaux où déjà de nouvelles organisations poussent. Tu sais même en être acteur, alors que c’est ton passé qu’on noircit.
Bon burn, et prend soin de renaître de tes cendres, toi aussi.

Samedi soir dans la creuse, j’ai vu une active participe woman monter au ciel en flammèches et nous réchauffer toute la nuit.

]]>
2018-06-03T12:00:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Il-m-est-revenu Il m'est revenu ! Constatation ce matin, après 5 jours et demi de carence de caresses. Je vais très bien sans lui, aucun doute, tant pour être seule (rempoter mon érable) que pour voir du monde. Mais sa présence illumine mon univers, lui donne une consistance, douce et confortable, dynamique et joyeuse. . Raide . Dingue . Amoureuse . Constatation ce matin, après 5 jours et demi de carence de caresses.

Je vais très bien sans lui, aucun doute, tant pour être seule (rempoter mon érable) que pour voir du monde.

Mais sa présence illumine mon univers, lui donne une consistance, douce et confortable, dynamique et joyeuse.

. Raide . Dingue . Amoureuse .

]]>
2018-04-10T10:24:24+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Reseau-social Réseau social Je retourne en café poly. A peine ai-je modifié ma participation sur facedebouque que deux personnes le soulignent depuis leur notification. ... Café Kinbaku. Une fois de plus, je me lève pour saluer quelqu'un que je connais. J'entends une remarque dans mon dos "oui, elle connait beaucoup de monde". ... Et pareil à la PdC, bien sûr, où j'organise, tiens le comptoir, m'excuse ingénument de pas avoir reconnu unetelle, mais distribue câlins et larges sourires à une population qui m'apprécie, comme Rousette qui me saute dans les bras alors qu'on s'est pas vu depuis une éternité. Je retourne en café poly.
A peine ai-je modifié ma participation sur facedebouque que deux personnes le soulignent depuis leur notification.

...

Café Kinbaku.
Une fois de plus, je me lève pour saluer quelqu’un que je connais. J’entends une remarque dans mon dos "oui, elle connait beaucoup de monde".

...

Et pareil à la PdC, bien sûr, où j’organise, tiens le comptoir, m’excuse ingénument de pas avoir reconnu unetelle, mais distribue câlins et larges sourires à une population qui m’apprécie, comme Rousette qui me saute dans les bras alors qu’on s’est pas vu depuis une éternité.

...

Sans compter les nooeurs. Avec qui je tisse des liens à une rapidité inégalée.

...

Oui, j’ai aujourd’hui un réseau social.
Je peux même envisager de l’utiliser professionnellement.
Mais surtout, des gens sur qui je peux compter.
Mais surtout, des gens qui apprécient chez moi ce que je suis, ce que je fais sans effort, l’essence de mon être.

Reconnaissance.

]]>
2018-03-27T11:27:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Je-veux-mon-billet-moi-aussi Je veux mon billet moi aussi :) C'est décidé, j'y vais. Et de relire ma timeline me le montre, que c'est décidé depuis un bail (septembre). J'y vais pas parce que je suis pistonnée. J'y serais allée de toute façon. J'ai attendu jusque là pour passer les 6 prochains mois à cette organisation. Mon trousseau, la participation à mon barrio, la participation à NoOrg, voilà mes préoccupations, ce qui va peupler mes week end. A commencer par celui qui vient de passer (merci merci à mon parrain ! ), et malheureusement pas au prochain (j'ai pas le don d'ubicuité, mais mon parrain m'assure quasiment ma place). C’est décidé, j’y vais.
Et de relire ma timeline me le montre, que c’est décidé depuis un bail (septembre).
J’y vais pas parce que je suis pistonnée.
J’y serais allée de toute façon.
J’ai attendu jusque là pour passer les 6 prochains mois à cette organisation.

Mon trousseau, la participation à mon barrio, la participation à NoOrg, voilà mes préoccupations, ce qui va peupler mes week end. A commencer par celui qui vient de passer (merci merci à mon parrain ! ), et malheureusement pas au prochain (j’ai pas le don d’ubicuité, mais mon parrain m’assure quasiment ma place).
Décider de comment on descend, comment on enchaîne depuis Royan.
Décider de quand on arrive, comment s’arranger pour grappiller au moins un jour d’avance.
Décider de l’organisation de nos tentes (bien sûr qu’on en prend deux !).

Et être amoureuse, toujours plus, de ce que m’apportent ces discussions.
Outre les présentations à ceux qui ont l’expérience, et les transmissions de valeurs, des choses qui sont pour nous tellement basiques qu’on ne peut oublier à quel point elles sont rares chez les autres ( question si on s’affiche en couple ou pas, nos libertés d’explorations)
Découvrir qu’on s’était fait tous les deux à accepter l’envie de l’autre (lui son envie d’intégrer un barrio de vétérans, moi la sécurité de l’avoir à mes côtés pour enchaîner avec Spheros )
Gourmandise.
La présence de Têtue serait bien suffisante pour m’assurer avoir un point de chute, une maison qui me récupérera en cas de déconfiture.
Mais l’idée d’avoir mon âme sœur à mes côté pour cette expérience me bouleverse.
Comme chacune de ses marques d’amour et de confiance.

Et puis, si en plus, je fais binôme pour lui permettre d’accéder à des explorations qui lui serait plus coûteuses en interaction sans ma présence, pourquoi hésiter encore !

Et peut être, alors, accepter la symbiose, pour de bon.
Qui commence par le fait que c’est lui qui me procure mon billet.
Certes, self reliance commanderait de m’en prendre un moi-même.
Mais ce n’est pas co-dépendence que d’accepter les cadeaux que nous fait l’univers.
Et puis, self reliance, c’est aussi agir pour en faire mon billet, l’avoir à mon nom.
le mien.
Mon précieux.

Celui où sont inscrit les dix principes dont je vous donne les 5 premier, fondamentaux :

Self Expression ::The freedom to be yourself
Self Reliance ::You are responsible for you, mentally and physically
No commerce ::Forget about money – there’s nothing to buy
Leave no trace ::From dust to dust – we only leave footprints
Participation ::Get involved – Nowhere is what we make it

Burn

]]>
2018-02-19T12:21:00+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Dispersion Dispersion Essayer de finir les choses. Y a-t-il un enjeu ? Où autre chose qui coince ? Où juste une tâche un peu complexe qui a pas fini de compiler en arrière plan. Toujours es-t-il que ça fait deux jours que je suis lente sur ce truc là, et quatre heures que je n'arrive plus à faire quoique ce soit sur le sujet, et où je me fais absorber par n'importe quel autre truc qui passe. Les collègues qui demandent des specs, des conseils, des clarifications, c'est cool : quelque soit mes soucis de procastination, je peux toujours compter sur mes collègues pour que mes journées ne soient pas Essayer de finir les choses.

Y a-t-il un enjeu ?
Où autre chose qui coince ?
Où juste une tâche un peu complexe qui a pas fini de compiler en arrière plan.

Toujours es-t-il que ça fait deux jours que je suis lente sur ce truc là, et quatre heures que je n’arrive plus à faire quoique ce soit sur le sujet, et où je me fais absorber par n’importe quel autre truc qui passe.

Les collègues qui demandent des specs, des conseils, des clarifications, c’est cool : quelque soit mes soucis de procastination, je peux toujours compter sur mes collègues pour que mes journées ne soient pas vides de sens : pour eux, j’arrive toujours à faire avancer leurs tâches.
Leurs tâches = pas les miennes ! !

Le stagiaire qui me gonfle par sa blasitude, c’est moins cool. Mais j’interviens pas. Parce que mon chef nous a même pas prévenu de son arrivée. Je trouve qu’il l’encadre pas assez, mais sommes toutes, lui, il trouve ça assez bien. Je lui ai trouvé un livre pour faire du java. Il a l’air complètement paumé le pauvre. Je lui ai dit ce midi "tu m’appelles quand t’as écrit, compilé et lancé le programme", et il appelle pas. Je songe que 6h par jour sur un écran, c’est beaucoup pour lui à son âge. Qu’il a besoin de variété dans les cours. Mais non, je vais pas le prendre par la main. De toute manière, il est en France maintenant. A l’abris des bombes. Finalement, s’ennuyer dans un bureau en France à essayer de comprendre ce qu’on lui demande est peut être une des meilleures choses qui puisse lui arriver....

Alors, une fois ces deux échappatoires évacuées (la première parce que mon collègue est denouveau autonome sur sa tâche, la deuxième parce que je décide de ne pas intervenir), je reviens à mon projet.
5 minutes maximum.
Je vais relire où j’en suis, ouvrir trois fenêtre. répéter c’est ok pour ce nom-là finalement ?
et rien. Néant.

Je suis pas très résistante au néant. Alors, je me retrouve sur FB.
Je m’interdit d’ouvrir FB ? je me retrouve à changer le nom de mon google+ (vachement important, quand même ! ! )
Je me flagelle encore ? je paye la facture oubliée de la semaine dernière

Bon, ça en vrai, c’est pas du boulot, mais je suis très contente de l’avoir fait, et très vite en plus. Charge mentale en moins

Et je me réveille, abasourdie à 16h par deux heures de vide sidéral, pour découvrir que mon chef a eu avec mon collègue cordiste de Lyon le rendez-vous téléphonique auquel j’aurais aimé participé, qu’il a décidé tout seul, donc, ce qu’il convient de faire. j’enrage et me dit que je ne peux m’en prendre qu’à moi-même.

Bon.
Ecrire aura eu le mérite de me faire dépiler mes mails de l’après midi (avec les réponses aux perches que j’avais fait ce matin, tout de même). Bon, voilà. Le vide, je le connais.
Ne pas se flageller, je le répète suffisamment souvent à Delgi pour éviter de le faire moi-même.

Moi m’aime.
Parait-il. Sisi. Moi m’aime. Na.
Même comme ça. Même avec le vide sidéral, et tous ces gens qui attendent que je les recontacte.

Alors voilà.
Indulgence sur la dispersion. les distractions. Valoriser ce que le mangeTemps a produit.

Reprendre tranquillement, presque avec tendresse.
Effacer les tests de ce matin, mais pas exiger d’avancer.
Noter où on en est, pour reprendre plus tard.
Et demain, se changer les idée sur un autre projet
(qui avance pas non plus parce qu’il est lui aussi en phase terminale)

Rhaaaa ! ! cette incapacité à finir ce qui est commencé, t’es une plaie, Cendre.

Ah non, on s’insulte pas la veille de la journée des Cendres.
Interdit ! !

]]>
2018-02-13T17:31:13+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Bonne-Annee Bonne Année ! Comment décrire ce nouvel an. Ses merveilles. Le lieu, les gens, les interconnexions. Où comment en allant dans une fête où je ne connais que deux personnes, où j'y apporte deux autres personnes supplémentaires, je découvre comment tout le monde connaît tout le monde et fait bon ménage au delà de mes plus folles espérances. j'avais beau me rassurer : présenter un amour nouveau à un amour ancien est toujours sources d'enjeu « Tu es en train de changer ma vie – c'est pas ton regard sur la vie qui a changé ? – si, mais ça, c'est le burn, c'est pas toi. Non, toi, tu Comment décrire ce nouvel an.
Ses merveilles.

Le lieu, les gens, les interconnexions.

Où comment en allant dans une fête où je ne connais que deux personnes, où j’y apporte deux autres personnes supplémentaires, je découvre comment tout le monde connaît tout le monde et fait bon ménage au delà de mes plus folles espérances.

j’avais beau me rassurer : présenter un amour nouveau à un amour ancien est toujours sources d’enjeu

« Tu es en train de changer ma vie
– c’est pas ton regard sur la vie qui a changé ?
– si, mais ça, c’est le burn, c’est pas toi. Non, toi, tu changes l’organisation concrète de ma vie, au quotidien et dans ses projections »

Petit dialogue ce matin qui confirme que mon Dandy sait qu’il n’est que la partie émergée de l’iceberg. Qu’en dessous, c’est toute mon rapport à la vie qui a changé. L’air qui n’a plus la même couleur. Et qu’il n’y aurait pas pu y avoir de Dandy dans ma vie sans burn. Qu’il en est le plus éblouissant artefact.

Parce que cette relation magique qui m’émerveille et m’enthousiasme tellement est viscéralement intriquée aux principes burn. Ceux qui sont au delà des 10 principes. Ceux qui m’attirent depuis deux ans.

Ainsi, les fêtes burners sont des fêtes où je peux venir sans m’inquiéter, juste en étant moi. Moi même. Moi m’aime.

Victoire de ce début d’année.

Naturellement, en dormant entre mes deux amours, est venu le "je vous aime", ce pluriel qui me fait vibrer chaque fois que je peux l’employer.
Mais en sus, en sus des "je t’aime" à mon guerrier, des "je t’aime" à mon dandy, sont venus, dans ce pluriel, des "je t’aime" à mon encontre, à Cendre, ce petit bout de femme qui rayonne.
Rayonne de bonheur aux bras du Dandy,
Rayonne de joie suspendue à son guerrier, embrassant sa co-amoureuse, découvrant les lèvres de Mony ou du géant.
Rayonne de grâce dans les cordes et par les cordes.
Rayonne de bienveillance au milieu de ces gens en tas.
Et Cendre, qui accepte qu’on lui dise. Chaque compliment reçu en ces trois jours n’a fait qu’augmenter l’intensité du rayonnement émis.

Moi m’aime, je peux alors prendre ce qu’on m’offre (à commencer par les repas), apporter le mien, apporter ma touche, de bonheur, d’organisation, de coopération, d’inspiration, même. En douceur, avec cette justesse du geste et de l’offre qui fonde les relations saines entre des gens qui vont bien.

2018 s’annonce extraordinaire même si elle n’apportait que le quart de ses promesses.

Je vous souhaite à tous une merveilleuse année.

]]>
2018-01-09T16:26:22+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Relecture Relecture un amour comme je sais les concocter maintenant : intenses, inconditionnels, et pourtant à temps partiel, Laisser la place pour exprimer le désir, et pourtant, conserver chacun nos libertés, nos volontés, nos libres arbitres. La dernière fois que j'avais écrit ça, ça c'était déjà ramassé la gueule. Le principe de réalité dégagé alors m'avais fait entendre que ce rêve était pas vraiment réaliste. J'avais appris à bouffer des merles et faire de la citronnade avec ce que la vie m'envoyait. Une vie qui sait se contenter de peu. C'était avant que sonne la cloche d'Aldur et

un amour comme je sais les concocter maintenant : intenses, inconditionnels, et pourtant à temps partiel, Laisser la place pour exprimer le désir, et pourtant, conserver chacun nos libertés, nos volontés, nos libres arbitres.

La dernière fois que j’avais écrit ça, ça c’était déjà ramassé la gueule.
Le principe de réalité dégagé alors m’avais fait entendre que ce rêve était pas vraiment réaliste.
J’avais appris à bouffer des merles et faire de la citronnade avec ce que la vie m’envoyait. Une vie qui sait se contenter de peu.

C’était avant que sonne la cloche d’Aldur et que mon monde s’invertisse complètement, matérialisant une combinaison que je n’avais même jamais oser rêver.

Et oui.
Ma capacité à concocter ce type d’amour, testée depuis plusieurs années, n’y est pas exactement étrangère....

]]>
2017-12-18T14:51:58+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Dandy Dandy Personnage dont le raffinement témoigne d'un anticonformisme et d'une recherche éthique, fondée sur le mépris des conventions sociales et de la morale bourgeoise. http://www.cnrtl.fr/definition/dandy Un dandy est un homme se voulant élégant et raffiné, se réclamant du dandysme, courant de mode et de société venant de l'Angleterre de la fin du xviiie siècle, mais aussi d'une affectation de l'esprit et de l'impertinence. se distinguant de l'excentricité car il « joue avec la règle » mais la respecte encore Cultivant l'élégance, la finesse et l'originalité, le style « Personnage dont le raffinement témoigne d’un anticonformisme et d’une recherche éthique, fondée sur le mépris des conventions sociales et de la morale bourgeoise.

http://www.cnrtl.fr/definition/dandy

Un dandy est un homme se voulant élégant et raffiné, se réclamant du dandysme, courant de mode et de société venant de l’Angleterre de la fin du xviiie siècle, mais aussi d’une affectation de l’esprit et de l’impertinence.

se distinguant de l’excentricité car il « joue avec la règle » mais la respecte encore

Cultivant l’élégance, la finesse et l’originalité, le style « dandy » s’attache principalement au langage et à la tenue vestimentaire.

La définition d’un dandy pourrait être « homme à l’allure précieuse, originale et recherchée, et au langage choisi ». Mais le dandysme n’est pas une esthétique fixée : il peut être protéiforme

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dandy

]]>
2017-12-06T15:55:54+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Evidences Evidences D'une phase expectative, en recherche, en attente, en prospection et en vérification, voilà 13 jours que je suis passée à une phase de confiance, d'évidence, d'alignement. C'était trop fantastique pour être réel ? hé ben ça l'est. Comme tel. Dantesque. Luxurience. Je suis amoureuse. Je l'aime. J'assume de devenir collante rose gluante de bonheur rose, et c'est réciproque. De l'amour à en faire baver tous les gens autour de nous (confiance : mon guerrier ne va pas en prendre ombrage ; quand aux autres, ouais, ils risquent de mal le prendre ! tant pis :P ) Amour fusionnel, donc. D’une phase expectative, en recherche, en attente, en prospection et en vérification, voilà 13 jours que je suis passée à une phase de confiance, d’évidence, d’alignement.
C’était trop fantastique pour être réel ? hé ben ça l’est. Comme tel. Dantesque. Luxurience.

Je suis amoureuse.
Je l’aime.
J’assume de devenir collante rose gluante de bonheur rose, et c’est réciproque. De l’amour à en faire baver tous les gens autour de nous (confiance : mon guerrier ne va pas en prendre ombrage ; quand aux autres, ouais, ils risquent de mal le prendre ! tant pis :P )
Amour fusionnel, donc.
Mais pas que.

Maturité affective qui me permet d’envisager la chose à la fois tranquillement et dans le grandiose. De vibrer pleinement de plaisir, sans entrave, quand l’occasion se présente ; et alterner avec un bonheur serin, stable, fiable, solide.

Le tout en quelques heures à peine.
( parce que ça fait 13 jours, mais si je n’avais pas eu mon M. Bulle à la maison, on aurait dormi ensemble bien plus tôt )

Plénitude.
Parce que nous sommes deux individus qui s’accolent parfaitement. Et pourtant deux individus autonomes, qui n’ont pas besoin qu’un autre les complète. Et pourtant la sérénité qu’il m’apporte est inqualifiable.

Ce superflu qui s’avère indispensable.

156 grossi dans le ciel.

Merci pour l’or de ces heures heureuses.

]]>
2017-11-24T12:30:00+01:00
https://caillecendre.journalintime.com/Circularite Circularité Cet été, au milieu des bois, au milieu des tambours, on m'a fait tirer des cartes. 6 aout Le monde et l'as d'épé. Mon interprétation première a été : tu as déjà tout. « Tout est déjà là [...] et c'est ce rien qui me soutient » Surtout que la lecture de la page sur l'épée parle d'intelect, de réussite, d'une grande force de caractère. En première intention, donc : « arrête de te plaindre du vide qui est en toi alors que tu as tant de choses à portée » Et puis, il y a cet homme, dont j'ai beaucoup aimé la présence, me propose une autre interprétation : un cycle, Cet été, au milieu des bois, au milieu des tambours, on m’a fait tirer des cartes.

6 aout

Le monde et l’as d’épé.

Mon interprétation première a été : tu as déjà tout. « Tout est déjà là [...] et c’est ce rien qui me soutient »
Surtout que la lecture de la page sur l’épée parle d’intelect, de réussite, d’une grande force de caractère.
En première intention, donc : « arrête de te plaindre du vide qui est en toi alors que tu as tant de choses à portée »

Et puis, il y a cet homme, dont j’ai beaucoup aimé la présence, me propose une autre interprétation : un cycle, un renouveau.
Lui a tiré le 10, d’épé (avec l’étoile-17, je crois). Et ce qu’en lit Lucille me paraît bien plus sage que ce que j’ai eu…

ça me travaille un peu. Je relis ce que dit le web de l’as d’épé (le monde, j’ai pas envie de revenir sur la connaissance que j’ai de cette carte, c’est juste la carte la plus puissante du jeu, juste.)
Le gros bout et un petit.
C’est logique : l’as, c’est neuf, 10, c’est aguerri.

Y’avait donc du renouvellement dans l’air, et je voyais vraiment pas quoi.
R m’avait parlé de l’ikigai, que cette sensation de vide venait du fait que mon corps était en train de me botter les fesses, pour me faire changer qqch, verbaliser quelque chose qu’il sait depuis longtemps mais que le cerveau refuse de voir, par confort.

Depuis, j’envisage de ne pas finir ma carrière à l’agence, de zieuter sur les organisations quasi-anarchique des copines ♥

Depuis, en moins de 100 jours, trois amours d’il y a plus de quatre ans qui reviennent.
Le premier, je l’attendais le pied ferme depuis un an, mais les retrouvailles ont été au delà de mes espérances (surtout ce que m’en a dit sa femme, en fait !!)
Quand au troisième, évocations, c’est comme si mes prières avaient fini par l’atteindre et, revenir en retour. (j’attendais un anniversaire pour refaire un contact !)

Trois, c’est le genre de coïncidence à m’évoquer un tirage de tarot au milieu d’une forêt…

]]>
2017-09-22T15:59:33+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Plaisir Plaisir Engagement ? — conséquences. — Pas forcément beaucoup plus grande que celle de me tenir là dans tes bras. J'ai grandi, en quatre ans. — Je sais. pas de peur, pas de danger. me permet de le faire. J'ai un peu sous-estimé le truc, quand même ! Sous estimé le plaisir mutuel partagé, donné et offert. sourires. Oh oui ! mais est-ce si différent, le sexe avec amour ou ... non, je ne peux pas écrire sans. J'ai de l'amour pour tous mes amants. Sans conteste. Mon polysaturé, mon bulleur, mon mécano comme mon guerrier. (et seul le dernier ne s'affiche pas en one-shot, et affiche à Engagement ?
— conséquences.
— Pas forcément beaucoup plus grande que celle de me tenir là dans tes bras. J’ai grandi, en quatre ans.
— Je sais. pas de peur, pas de danger. me permet de le faire.

J’ai un peu sous-estimé le truc, quand même !

Sous estimé le plaisir mutuel partagé, donné et offert.
sourires.
Oh oui !
mais est-ce si différent, le sexe avec amour ou ... non, je ne peux pas écrire sans.
J’ai de l’amour pour tous mes amants. Sans conteste. Mon polysaturé, mon bulleur, mon mécano comme mon guerrier.
(et seul le dernier ne s’affiche pas en one-shot, et affiche à contrario une activité sexuelle bien faible au regard du temps passé ensemble)

Oui, je suis dingue de toi, et oui, il y a des conséquences.
Et je vais devoir gérer si j’ose demander à te revoir avant ton départ ou si je laisse faire pour conforter ma non-dangerosité.
Mais je sais échanger du plaisir pour le plaisir même. Et c’est bien dans cette avidité première que j’ai agis hier soir. Et elle est parfaitement satisfaite.

Si tu as l’occasion de me donner plus, j’en serais ravie.
Sinon, je ferais avec (et non malgré).

Avec amour

]]>
2017-08-08T10:17:22+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Echange-de-crush Echange de crush Adaptabilité Bonjour ! Ne pas se faire mal, c'est accepter le bonheur d'un échange réciproque de crush, même si dans la même conversation on établit qu'il n'y aura pas de fréquentation (en tout cas rien au regard de la compatibilité des crush) Bonheur en soi. qu'il me trouve sensuelle, belle, intelligente, et qu'il pressent entre nous moult dialogues d'intérêt évident, ainsi que de nombreux atomes crochus nerd ; qu'il souhaiterait me revoir et passer une soirée avec moi même pas forcément pour nous vautrer dans la luxure et le stupre, mais pour échanger sur moult sujets Adaptabilité Bonjour !

Ne pas se faire mal, c’est accepter le bonheur d’un échange réciproque de crush, même si dans la même conversation on établit qu’il n’y aura pas de fréquentation (en tout cas rien au regard de la compatibilité des crush)

Bonheur en soi.
qu’il me trouve sensuelle, belle, intelligente, et qu’il pressent entre nous moult dialogues d’intérêt évident, ainsi que de nombreux atomes crochus nerd ; qu’il souhaiterait me revoir et passer une soirée avec moi même pas forcément pour nous vautrer dans la luxure et le stupre, mais pour échanger sur moult sujets allant du Boson de Higgs au JDR en passant par l’épistémologie et les cordes ; qu’il serait très heureux de continuer à discuter sur nos passions respectives, et de corde, et de cul, et de rats morts en binaires

Fe. Je suis littéralement sous le charme.
Je me fais séduire par l’éclectisme, qui touche juste.
Alors que techniquement, je viens de me prendre un râteau.
Et pourtant l’euphorie du moment persiste.

« je passe en phase maniaque, en up, et je me brûle et m’épuise »

Je crois que j’y suis déjà, moi.

]]>
2017-06-27T12:58:18+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Se-laisser-tomber-amoureuse Se laisser tomber amoureuse Là. Voilà, c'est ça qui me chatouille. J'ai envie de me laisser retomber amoureuse. Point fait avec Ty, entre 2 et 4h du mat, au retour de Ferrières. Mon mécano sorti de ma vie laisse un grand vide. Pas vraiment le sien, mais celui qu'il comblait, en tout cas. un mois, peut être deux que je suis passée reine dans l'art de passer le temps. En dormant, la plupart de temps. En grignotant devant internet également. Solange « j'ai jamais entendu quelqu'un dire "faudrait que je passe vraiment plus de temps sur internet ! " ! » A quoi ai-je envie de consacrer plus de temps ? Bah voilà. Là.
Voilà, c’est ça qui me chatouille.
J’ai envie de me laisser retomber amoureuse.

Point fait avec Ty, entre 2 et 4h du mat, au retour de Ferrières.
Mon mécano sorti de ma vie laisse un grand vide. Pas vraiment le sien, mais celui qu’il comblait, en tout cas.
un mois, peut être deux que je suis passée reine dans l’art de passer le temps. En dormant, la plupart de temps. En grignotant devant internet également.

Solange « j’ai jamais entendu quelqu’un dire
"faudrait que je passe vraiment plus de temps sur internet ! " !  »

A quoi ai-je envie de consacrer plus de temps ?

Bah voilà. Peut être à tomber en amour.

J’ai une touche. Je sais pas qu’elle est sa fiabilité.
Ne pas y compter plus que ça, ne pas s’investir émotionnellement pour l’instant.
Et pourtant.

souvenir.

« oui, Flo, il s’appelait, je crois, (j’en suis pas sûre). Oui, je pourrais le retrouver, en demandant à Ounette. Mais ça ne m’intéresse pas vraiment. Je suis devenue exigeante. »
« Moi aussi, je suis exigeant »

Joyeux anniversaire, Cendre !

]]>
2017-06-26T15:50:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Colere Colère Merde. ça fait un mois et demi que je rogne, que je procrastine. OK. J'suis beaucoup moins engagée, OK. Mais le boulot n'a pas pris. Pas plus que ça. Alors oui, j'ai été beaucoup plus pro-active par le passé, mais je suis pas passée faignante, je le sais. Je le sais tellement bien que nombre de papier que j'aurais pu faire "au boulot", n'ont pas été fait, et que je me suis retrouvée plus d'une fois à bosser plutôt que d'y réfléchir. Donc ça devrait pas me pêter à la figure. J'attendais que ce soit le perso, ou la succession de papa qui m'explose. Pas le boulot. Et là, ce Merde.

ça fait un mois et demi que je rogne, que je procrastine. OK. J’suis beaucoup moins engagée, OK. Mais le boulot n’a pas pris.
Pas plus que ça.
Alors oui, j’ai été beaucoup plus pro-active par le passé, mais je suis pas passée faignante, je le sais. Je le sais tellement bien que nombre de papier que j’aurais pu faire "au boulot", n’ont pas été fait, et que je me suis retrouvée plus d’une fois à bosser plutôt que d’y réfléchir.

Donc ça devrait pas me pêter à la figure.
J’attendais que ce soit le perso, ou la succession de papa qui m’explose.
Pas le boulot.

Et là, ce matin, je découvre un Yann en stress, et qu’est-ce que je lui fais : je lui colle encore plus de stress en lui montrant qu’il est responsable de la disparition de code fonctionnel.

On avait une applie bugguée par systapne.
Elle est maintenant bugguée par Yann et systapne (au prétexte que "c’est une hérésie ! ")

Tout ça pour afficher un APE qui n’a jamais été spécifié sur aucun écran !
(et au passage en changeant les menu parce que Moosieur s’y retrouve pas ! ! )

Il note tout dans redmine, certes ! mais y’en a des caisses, je suis incapable de lire ce qu’il dit, de comprendre son raisonnement, surtout que "supprimer les hérésies" est tellement vital pour lui qu’il va surtout pas le mettre en avant.

Bon.

Bref.

Nous avions dis reprendre les écran un à un et les debugguer. Je connais le code et l’historique. peut être que
Quoi ?
On fera avec, et les utilisateurs aussi. De toute manière. Personne n’a le choix. Alors....

]]>
2017-06-16T11:30:00+02:00
https://caillecendre.journalintime.com/Amoureuse Amoureuse ? On est en fin de 148. ça fait qu'une lune de retard. 135 pour mon guerrier, 141 pour mon anarchiste. 148, buller. Bubulles sous-marines à la funky des Abysses. Probabilité que je tombe sur un non parisien à cette soirée ? 1 pour 200... La soirée a vraiment été très belle, la rencontre aussi, le toroflux que je vais essayer de faire re-fabriquer, la nonchalance de mon guerrier quand je lui demande s'il veut rentrer chez moi tandis que je reste à buller. Bulle magique de trois heures, jusqu'au petit matin. ça aurait pu en rester là, ça aurait déjà été extraordinaire. Mais On est en fin de 148. ça fait qu’une lune de retard.
135 pour mon guerrier, 141 pour mon anarchiste.
148, buller.

Bubulles sous-marines à la funky des Abysses.

Probabilité que je tombe sur un non parisien à cette soirée ? 1 pour 200…

La soirée a vraiment été très belle, la rencontre aussi, le toroflux que je vais essayer de faire re-fabriquer, la nonchalance de mon guerrier quand je lui demande s’il veut rentrer chez moi tandis que je reste à buller.

Bulle magique de trois heures, jusqu’au petit matin.

ça aurait pu en rester là, ça aurait déjà été extraordinaire. Mais ça se poursuit.

Je retrouve sa page d’artiste, il m’offre son profil, je reste là, dans la joie de ce que j’ai vécu (je le raconte à mon anarchiste alors qu’on crapahute sur le plancher des vaches jurassien )

Et puis dimanche, contact. On sort du non verbal, on s’écrit. On s’enflamme, très vite.
Oui, il est amoureux. De ces amours fidèles à l’instant présent, au bonheur de jouir du désir, de jouer les prolongations, juste pour le plaisir.

J’avais eu un doute, au petit matin, une sorte de remords à ne pas savoir lui dire qu’il y avait dans mon sac de quoi aller plus loin en toute sécurité. J’avais rien dit de tel, je n’ai rien sortit.
Parce que j’étais trop bien dans ses bras, et que l’envie de "terminer l’acte 1" n’était pas assez forte pour m’extraire de ses bras. Parce que j’ai navigué entre l’abandons aux voluptés et la jouissance d’avoir mon corps réactif en contact avec la réactivité de son corps.
Un petit doute, un vague remord d’avoir ainsi profité de lui, de son corps, de ses généreuses largesses, et de ne pas avoir potentiellement rendu la monnaie.

C’est dit bien vite, bleu sur blanc : le plaisir était partagé, du même type, très loin de la frustration que je craignais. C’est même annoncé, ce plaisir des préliminaires. Et puis le désir de se revoir, de recommencer. Au moins une fois. Peut être plus, peut être pas, l’avenir nous le dira.

Je suis sous le charme. Complètement. J’adore. Il me drague, il me séduit, il m’envoie des mots doux, de l’assurance, de la simplicité, ne s’arrête pas aux problèmes matériels.
Oui, j’avais envie/besoin de rencontrer quelqu’un comme ça.

J’ai le coeur qui bat, la confusion qui monte le rouge à mes joues quand il m’écrit que la seule chose qui pourrait l’arrêter c’est moi ( ! ! )
ça me plait ! punaise ! j’aime ça. Me sentir désirée comme ça !

J’aime ça, vraiment.

Merci, merci.

Mais pourquoi me l’avoir choisi à 600 km ! !

]]>
2017-04-20T17:57:00+02:00